Réincarnation

Soyez un ange, un démon ou un fier descendant de la lignée d'Abel ou Caïn.[Yaoï/Yuri/hentai]
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jezebel Eickemeyer

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezebel Eickemeyer
Démon Gardien
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Oh je peux être vraiment n'importe où...
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Jezebel Eickemeyer   Jeu 17 Mai - 15:31

Identité :

Nom : Eickemeyer
Prénom : Jezebel
Age : 20 ans
Orientation sexuelle : Bisexuel

Vous êtes la réincarnation de quel être ancestral ? : Xezbeth, démon du 2ème ordre, maître des prodiges imaginaires, des contes merveilleux et du mensonge ; en quelque sorte un mythomane démoniaque (XD).

Avez-vous déjà eu des flash-back ou rêves de votre vie passée ? : Oui, plusieurs rêves ont marqués son adolescence et il connaît maintenant l’existence du démon Xezbeth comme si elle avait été la sienne, ou presque.


Description physique :
Jezebel, lorsqu’il tourne le coin d’une rue, ne passe pas inaperçu. Peut-être est-ce son haut-de-forme, qu’il lève poliment pour saluer les demoiselles, ou encore son visage si pâle qu’il semble fait de porcelaine ? Quelle que soit la raison, on remarque Jezebel. Du haut de son mètre quatre-vingt-six centimètres, il paraît impressionnant. Ses épaules larges offrent un refuge aux pauvres filles éplorées et aux jeunes hommes en mal d’amour –il se fait chaque fois un plaisir de consoler ces jouvenceaux. Malgré sa taille imposante, c’est un simple soixante-huit kilogrammes qui caractérise son poids ; il est grand et svelte, doté d’une démarche élégante, d’un sourire séducteur et de gestes gracieux.

De ses longs doigts fins, il a tendance à tenir le rebord de son couvre-chef, en prévision de le retirer pour charmer les dames, celles qui croient encore que les gentlemen se sont éteints. Loin d’être discret, les vêtements de cet homme se caractérisent par leur côté Renaissance et autres. Des chemises pirate aux manches bouffantes jusqu’aux chemises conventionnelles et modernes, en passant par les belles chemises à jabot. Il aime se vêtir pour être remarqué –et il réussit très bien en général.

Ses yeux sont un élément marquant de son visage et c’est souvent le détail sur lequel les gens s’arrêtent. Jezebel possède un regard profond et charmeur, pourrait-on même rajouter ensorcelant. Ses yeux sont bleu-verts, à différentes intensités. En effet, le gauche est très foncé, alors que le droit est plus pâle, s’approchant de la couleur turquoise. C’est un détail sur lequel il ne faut jamais poser de questions, Jezebel déteste que l’on remarque la différence entre ses deux iris.

Sa chevelure lisse et noire semble cascader sans fin ; ses cheveux touchent en vérité le bas de son dos. Il les laisse généralement flotter au gré du vent, mais il lui arrive de les attacher, retenus par une simple attache au niveau de la nuque. Par contre, il ne quitte que rarement son haut-de-forme, qu’il retire seulement par mesure de politesse, comme par exemple lorsqu’il est invité quelque part. À l’intérieur, il se découvre toujours, sans exception.

Description du caractère :
La réincarnation d’un démon, et ce n’est pas pour rien. Même s’il peut sembler charmant d’apparence, il ne faut jamais s’y fier. S’il propose son épaule aux damoiseaux, c’est pour mieux les conduire dans sa chambre et s’il salue les demoiselles, c’est dans le même but. Alors vous direz que c’est un obsédé, un pervers peut-être, mais ce n’est pas seulement le cas. Oh oui, il y a encore pire. On ne peut se fier à ses paroles. Jezebel représente très bien le démon Xezbeth. C’est un menteur. Un beau-parleur. Et il croit dur comme fer à ses mensonges. S’il raconte une histoire qui vous semble peu probable, ne tentez même pas de trouver de preuves. C’est faux, indéniablement. Il raconte tout et rien pour rendre son existence aussi intéressante et impressionnante que son physique.

Il a quand même quelques qualités. Il est fidèle. D’ailleurs, cette fidélité s’accorde avec son honnêteté passagère. Oui, il ne ment pas à nécessairement tout le monde. Les gens qui lui sont supérieurs seront par contre les seuls témoins de cette honnêteté. Il est fidèle envers ceux à qui il doit respect, en revanche il peut se montrer un peu hypocrite, voir carrément cynique, lorsqu’une demande ne lui plaît pas, qu’une opinion le contrarie et qu’il sait qu’il ne peut pas répondre sous peine de passer pour quelqu’un de mal élevé. Derrière ses belles paroles, il cache un sourire moqueur, à la limite de l’effronterie. Il peut se montrer terriblement cruel...Il n’est pas violent physiquement, ni par la parole, mais si un regard pouvait tuer, soyez certains que plusieurs seraient morts sous ses yeux.

Néanmoins, il reste charmant jusqu’à un certain point. Il faut seulement savoir s’y prendre. Ou ne pas l’approcher de trop près. Comme une toile d’araignée, si on l’observe de loin, il n’y a aucun danger, mais on risque d’y rester coincé si on ose s’y frotter. Avec Jezebel, il faut montrer qui est le chef dès la première rencontre et si l’on n’est pas doté d’un sens inné du « leadership », vaut mieux abandonner tout de suite : cet homme saura se montrer juste assez supérieur pour imposer son autorité.


-----


Pour nous :

Aimez- vous le design ? Oui, j’aime beaucoup ^^

Comment avez-vous connue le forum ? La force céleste qui m’a poussé jusqu’ici XD ! Plus sérieusement, une connaissance qui avait connaissance du forum...Vous suivez toujours ^^ ?


Histoire -> Prochain message
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezebel Eickemeyer
Démon Gardien
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Oh je peux être vraiment n'importe où...
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Jezebel Eickemeyer   Jeu 17 Mai - 15:31

Histoire :
En enfer, il y avait maintenant bien plus que les démons. Depuis la rébellion des anges, les rangs démoniaques s’étaient élargis. Mais de son côté, il y avait un démon qui ne se préoccupait pas de cette révolution. Il s’agissait de Xezbeth Le Menteur. Démon du deuxième ordre peu influent, il continuait de faire ce dans quoi il était maître. Le mensonge et les prodiges imaginaires. Il mentait à tous et chacun et ne se lassait jamais. Beaucoup en avaient assez de ce gêneur. Enfin, il vint un temps où Xezbeth trouva une nouvelle occupation : il se tourna vers les mortels. Nettement plus naïfs, on pouvait leur faire croire bien plus de choses qu’aux démons. Le maître des contes merveilleux leur insuffla le mensonge. Il fit naître les beaux-parleurs, les charmeurs, les charlatans qui se faisait convaincants. Puis il créa les écrivains, moins dérangeants que les premiers menteurs.

Ces derniers brisaient bien des cœurs et des bourses. Mais les seconds se contentaient d’inventer de merveilleuses histoires qu’ils couchaient ensuite sur papier, pour alimenter l’imaginaire des autres. Les mortels qui désiraient obtenir une certaine crédibilité dans leurs mensonges et qui n’y arrivaient pas seuls invoquaient Xezbeth. Le démon avait enfin trouvé un public capable de l’apprécier...

*.*.*


Le temps était mauvais, la pluie claquait contre les vitres. Mais personne ne l’entendait, les médecins s’occupaient du bébé avec soin. S’ils avaient la chance de sauver l’un des deux, ce serait certainement celui-là. Il n’y avait plus rien à faire pour elle...Sur le lit gisait la pauvre Eileena, battue par son mari. Suite à une chute dans les escaliers, Marek, pris de remords, avait contacté les urgences. Hélas, ils n’avaient pas pu la sauver. Ainsi, dans ses derniers moments, elle avait supplié qu’on provoque son accouchement, prévu quelques jours plus tard. Miraculeusement, avant qu’elle ne rende son dernier souffle, l’équipe acharnée assista à la naissance d’un joli bébé. Marek attendait dans le couloir, avec les policiers, On lui avait permis de voir sa progéniture une fois avant d’être emmené au poste.

« C’est un petit garçon, monsieur », dit l’infirmière d’un ton qui se voulait neutre.

Le bébé avait été emmitouflé dans une couverture. L’homme le prit délicatement dans ses bras. Les petits yeux de l’enfant s’ouvrirent péniblement, comme s’il s’agissait d’une corvée. Le gauche était très foncé, presque vert forêt. Le deuxième était très pâle, bleu clair tirant sur le vert. Marek esquissa un faible sourire, les yeux remplis de larmes.

« C’est à cause de moi ça, p’tit bonhomme...? », murmura-t-il en caressant la joue du bébé.

Il n’eut même pas le temps de lui faire ses adieux, que déjà, l’infirmière repartait en sens inverse, en direction de la pouponnière.

« Je suis désolé... », susurra le père avant d’être emmené.

*.*.*


Un petit garçon tourna le coin et emprunta un couloir plus fréquenté. Cinq enfants environ du même âge que lui jouaient à chat.

« Je peux jouer ?, demanda le nouvel arrivant. Je suis très bon à ce jeu, personne ne peut me battre...Même que, une fois...
- Ça va, Jezebel, on connaît la chanson ! Va jouer ailleurs on veut pas de menteur ici ! lança une petite fille avec un regard noir. »

Le dénommé Jezebel s’éloigna d’un pas colérique. Chaque fois, c’était la même histoire. Il n’arrivait pas à s’accorder avec les autres enfants de l’orphelinat à cause de ses mensonges. Il ignorait pourquoi il avait tendance à mentir, c’était plus fort que lui. Il voulait qu’on le reconnaisse pour quelque chose, mais il était quelconque aux yeux des enfants autant que des responsables du bâtiment. Il était ici depuis toujours. On lui avait dit que ses parents étaient partis et l’avaient abandonné. C’était douloureux de penser que ses parents n’avaient pas voulu de lui, mais il continuait de croire que ce n’était qu’un mensonge. S’il mentait, les autres en faisaient sûrement de même. Heureusement, dans deux jours, un couple était attendu à l’orphelinat. Ils désiraient adoptés. Jezebel avait même déjà fait sa valise.

*.*.*


Il avait suffi d’un regard pour que Merianne et Lukas adoptent Jezebel. Lorsqu’ils étaient entrés dans l’orphelinat, ce bout-de-chou de six ans les regardait avec un regard si envoûtant qu’ils avaient choisi sans plus tarder. Ses yeux de couleurs différentes les avaient séduits et ses beaux cheveux noirs frôlant ses épaules frêles leur avaient fait croire à un petit ange déchu.

« Bonjour, madame, bonjour monsieur, avait lancé le gamin en esquissant un petit sourire. »

Sa voix douce avait confirmée l’hypothèse du petit ange. Un enfant décidément adorable. Les deux jeunes gens alors âgés de 29 et 27 ans avaient signés les papiers et Jezebel était revenu avec eux dans leur maison d’une modeste grandeur, mais offrant plus de confort pour l’enfant qu’à l’orphelinat. Le petit avait pris la place qui lui revenait et ses parents adoptifs croyaient dur comme fer que ce chérubin allait ensoleiller leur vie. Effectivement, au début, il était la lumière dans leurs jours sombres. Mais bien vite commencèrent les mensonges.

« Jezebel, est-ce que c’est toi qui a volé la poupée de la voisine ?
- Non.
- Elle dit que vous jouiez ensemble et que tu as pris sa poupée.
- C’est pas vrai, c’est une menteuse. »

« Jezebel, c’est toi qui a mangé les biscuits que je réservais pour les inviter ?
- Non.
- Jezebel, les biscuits ne disparaissent pas seuls.
- Et bien ce n’est pas moi bon ! »

Ses parents ne savaient pas quoi faire de lui.

*.*.*


Le garçonnet qu’ils avaient adopté était presque qu’adolescent. Du moins, pour eux, il était encore un enfant. Il avait maintenant douze ans. Ses yeux bleus-verts accrochaient les regards et ses cheveux noirs caressaient ses omoplates. Il était très beau et on le lui répétait souvent. Jezebel avait un orgueil incroyable ; il était d’une vanité monstre. Le moindre compliment lui faisait plaisir, mais ça ne suffisait jamais. Il aimait être remarqué. Et les mensonges n’avaient pas cessés. Lorsqu’il dit avoir eu un genre de vision, personne ne le prit au sérieux.

Journal de Jezebel Eickemeyer

Cher journal,
La nuit dernière, j’ai fais un rêve. Je ne me voyais pas, c’était moi qui agissais. Un homme se tenait devant moi et répétait : « Xezbeth, aidez-moi à les convaincre, j’ai besoin de vos précieux conseils pour être crédible, ô Grand Maître Menteur. » Je suis menteur même dans mes rêves...Pourtant, j’étais terriblement satisfait que l’on aille besoin de moi. Mais quel est ce nom ? « Xezbeth ». Je crois que je vais devoir faire une petite recherche là-dessus. J’ai eu un genre de vision aussi. C’était troublant. J’ai vu des...hommes je crois. Ou du moins des créatures humanoïdes, ou presque. Ils secouaient la tête, l’air exaspéré, ils m’encerclaient comme des gamins qui écoutent le conteur d’histoires...Je l’ai dit à mon père et à ma mère aussi, mais personne ne me croit. Ils m’ont dit de cesser d’inventer des histoires, parce que ce n’est pas bien le mensonge, pour une fois que je ne mens pas...

Jezebel –


Plusieurs rêves suivirent le premier. Toujours plus clairs. Et les recherches qu’effectua Jezebel l’aidèrent beaucoup.

*.*.*


Les années avaient passées, l’eau avait coulé sous les ponts. Jezebel avait maintenant seize ans. Les quatre années précédentes avaient faits de lui un jeune homme charmant ; il était beau, poli, un véritable gentleman. Par contre, on ne pouvait avoir confiance en lui. Il allait à l’école, comme tous les autres adolescents. Mais ses devoirs ne faisaient pas partis des choses qu’il effectuait.

« Je suis terriblement désolé, madame, mais voyez, ma mère a eu un petit incident hier soir et j’étais si concerné par sa situation que j’en ai oublié ce devoir... »

Ou encore :

« Ce devoir était à rendre aujourd’hui ? Oh je m’en veux tellement, vous savez monsieur, je me déteste parfois, auriez-vous l’amabilité de me laisser un délai ? »

Et son attitude charismatique les séduisait. Il se sortait des situations avec tact et élégance. Beaucoup l’enviaient mais peu le méprisaient : il était si charmant, qui pourrait lui en vouloir ? Deux autres années passèrent. Il termina ses études avec de bonnes notes et entreprit une vie un peu plus décontractée. Sorties, boîtes de nuit, cinémas, restaurants...Une vie de roi. Les conquêtes peuplaient ses nuits et chaque matin, alors qu’il se réveillait près d’un nouveau corps chaud à convaincre, il gagnait un peu plus d’assurance, mais aussi de mépris des autres. Il lui arrivait d’avouer qu’il mentait, ou encore d’être démasqué, mais jamais il ne montrait qu’il était humilié. Les autres par contre, croyant qu’il n’avait aucun remords, le méprisaient. Ils eurent bientôt une véritable raison, car Jezebel abandonna ses remords. Si bien que sa mère, déconcertée d’un tel comportement, lui donna deux semaines pour quitter la maison. Deux semaines pour trouver un appartement. Deux petites semaines pour disparaître de sa vie. Son père ne s’opposa absolument pas. Si leur fils quittait la maison, ils n’auraient plus à s’angoisser avec ses actes.

Ainsi donc, dans la dernière semaine chez papa-maman, le jeune homme profita de son temps. Le lundi, ce fut une adolescente qui avait coulé un examen, le mardi un jeune homme qui avait été mis à la porte par ses parents, le mercredi une demoiselle aussi belle qu’une rose, le jeudi un adolescent dont la copine était partie...et le vendredi soir en boîte. Le samedi matin, alors qu’il voulut déverrouiller la porte –vers cinq heures- la serrure lui résista. Il dut attendre près de trois heures sur le perron, avant que sa mère ne vienne lui ouvrir. Elle lui donna une heure pour faire ses valises et partir. Encore un peu perdu dans les brumes de l’alcool, Jezebel s’exécuta. Et en un clin d’œil, il fut parti.

*.*.*


Le jeune homme ne chercha pas à reprendre contact avec ses parents. Son appartement était un peu petit, mais suffisant pour lui permettre de vivre convenablement. Dans les deux premières semaines, il dut faire face à quelques problèmes financiers, mais il s’en sortit très bien. Ce déménagement précipité avait changé sa vie. Pendant plusieurs mois, il ne ramena presque personne chez lui. Il passait des soirées entières à lire, des journées entières à faire des recherches dans la bibliothèque du quartier et finalement, décida de trouver un but à sa vie. Maintenant au courant de son existence passée, il lui fallut deux ans pour trouver ce à quoi il consacrerait sa vie. Il irait rencontrer Caïn, le fameux fils de la famille Staüs, afin de le protéger au périple de sa vie. Après tout, un démon gardien doit bien garder quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn Straüs
L'enfant maudit/ Marqué par Dieu
avatar

Nombre de messages : 226
Localisation : dans mon domaine...
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: Jezebel Eickemeyer   Jeu 17 Mai - 15:41

Waouh...

je suis amoureux de toi xD

Fiche validée avec plaisir!

Bienvenue parmi nous! ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reincarnation.goodbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jezebel Eickemeyer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jezebel Eickemeyer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réincarnation :: Administration :: Fiches des réincarnés :: Fiches validées-
Sauter vers: