Réincarnation

Soyez un ange, un démon ou un fier descendant de la lignée d'Abel ou Caïn.[Yaoï/Yuri/hentai]
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Elwen Dawn

Aller en bas 
AuteurMessage
Elwen Dawn
Esclave de Kaido
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Elwen Dawn   Mar 3 Juil - 15:19

Prénom : Elwen

Age : 19 ans

Orientation sexuelle : Bisexuelle

Vous êtes la réincarnation de quel être ancestral ? : Lilith

Avez-vous déjà eu des flash back ou rêves de votre vie passée ? : Des rêves sanguinaires qu'elle ne peut oublier. QUelques flash-back également, mais elle préfère ne pas en parler.

Description physique : Dotée d’une beauté désinvolte et déconcertante malgré son jeune âge, il n’est pas rare de voir Elwen habillée différement des autres, par pur esprit de contradiction. Elle met souvent des robes sombres mettant grandement en valeur sa féminité. Bien qu’elle n’ait que dix-neuf ans, elle semble avoir un corps de femme adulte. Dans son esprit comme dans son physique, on peut très bien la considérer comme une jeune femme. Sa longue chevelure très noire plane telle une véritable onde autour d’elle même. N’attachant jamais ses longs cheveux, elle décide toujours de les laisse virevolter, et il est très rare de la voir coiffée diféremment. Son regard aussi pénétrant qu’impénétrable exprime tout avec une extraordinaire intensité. Celui-ci est d’une couleur un peu particulière, en effet ses yeux sont de la même couleur que l'émeraude. Lorsqu’elle reste silencieuse, son regard parle à sa place. Personne n’a jamais été capable de le sonder cependant, tellement il est empli de mystère. Son visage semble toujours impassible, mais ce n’est pas pour cela qu’il est inexpressif. Son regard est pour beaucoup dans l’expression de son visage. Elwen ne sourit jamais, et ne laisse jamais paraître une quelconque joie ou gaîeté sur son visage. Il reste souvent de glace, et ses sentiments sont alors comme figés dans son terrible regard. Portant le plus souvent un anneau noir à son oreille droite, elle ne l’enlève jamais, car il possède tout une symbolique pour elle. Au cou, elle porte le plus souvent une légère croix nordique, ou alors un petit cœur brisé, exprimant souvent son état d’esprit du moment. Féminine, elle aime se mettre en valeur, mais reste désinvolte dans cet acte et n’est jamais vraiment provocante. Elle cache avec ses habits une cicatrice en haut de son dos, à son homoplate droit. Elle est la marque d’un terrible souvenir pour Elwen…

Description du caractère : Dire qu’Elwen ne possède que des qualités sera une utopie profonde. Le caractère conté ci-dessus n’apparaît que lorsqu’elle laisse sortir ses véritable émotions. On peut la qualfier le terme de double personnalité, mais qui c'est, peut-être qu'Elwen est pleinement consciente de ses actes et n'est que bipolaire. En vérité, Elwen est une jeune fille des plus ambiguës et des plus mystérieuses. Jamais elle ne se laisse vraiment approcher, et jamais elle ne parle avec assurance à quelqu’un. Elle ne parle jamais à personne, et ne supporte pas le fait d’avoir à le faire. Silencieuse, elle cultive le mystère et la solitude. Il ne se passe pas une journée sans qu’elle ne soupire, pour une raison qu’elle seule connaît. Têtue, elle peut chercher à faire n’importe quoi pour obtenir ce qu’elle désire plus que tout. Les défis ne sont pas un problème pour elle, Elwen les relève toujours. Cependant, elle ne supporte pas toujours très bien d’être défiée : rebelle, elle peut faire regretter amèrement à une personne de l’avoir fait sortir de ses gongs. Même si elle est d’apparence calme et posée, c’est un leurre et il ne faut jamais s’y fier : impulsive, d’un caractère très instable, elle se met facilement en colère. Si jamais elle est particulièrement agacée par quelque chose, elle peut devenir tout à fait incontrôlable, et n’espérez pas la dompter, elle est telle une tigresse qui veut sortir de sa cage : elle sera prête à tout pour qu’on la laisse vivre librement sa vie. A cause de son sombre passé, elle reste très renfermée sur elle même, et c’est pour cette raison qu’elle préfère paraître insensible et distante vis à vis de tout. C’est souvent pour cela qu’elle ne parle jamais. Lorsqu’on lui adresse la parole, elle peut paraître très désinvolte, le monde qui l’entoure ne l’intéresse pas. Quelqu’un pourra bien la supplier de faire quelque chose, elle répondra simplement et sans violence, le regard froid « non ». En continuelle quête d’achèvement, elle semble chercher des réponses très profondément. Mais ce qu’elle semble trouver, ce ne sont que de nouvelles questions…Farouche et libre, elle reste persuadée qu’elle n’a besoin de rien, ni de personne. Elle reste fidèle à sa loi, elle préfère sa solitude à une quelconque compagnie malsaine. Peu de personnes sont chères à son cœur, et elle se défend d’éprouver tout sentiment positif, car ce sentiment qu’elle juge si cruel l’a déjà conduite à perdre l’être aimé. Elle est donc distante avec qui ose lui adresser la parole, et il n’est pas rare que la personne se retrouve face à un mur de glace. Parfaitement impassible et toujours maîtresse d’elle même, Elwen déteste lorsqu’elle n’arrive pas à contrôler ses sentiments autant qu’elle le voudrait. Elle ressent alors une colère encore plus terrible, envers elle même. Cette jeune fille très mûre ne mâche jamais ses mots. Elle n’hésite pas à tenir des propos blessants. Mais, en contrepartie, elle ne prononce jamais de mots pour se protéger elle même. De cette manière, on peut très bien avoir l’impression de savoir ce qu’elle pense, mais en réalité, elle ne dévoile jamais rien d’elle, et surtout pas sa pensée. Elle ne dit rien, reste impassible et calme le plus souvent, ses yeux parlent pour elle : Ils enferment toute sa mélancolie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwen Dawn
Esclave de Kaido
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Elwen Dawn   Mar 3 Juil - 15:20

Histoire : * C’est pour résoudre cette contradiction que les rabbins vont enrichir le mythe de Lilith, qui trouve un développement important dans un recueil écrit entre le VIIIe et le Xe siècles après J.-C., l'alphabet de Ben Sira, le commentaire de l’Ecclésiaste.

Au commencement (Béréshit), Lilith, n’est que l’appellation générique d'une classe de démons femelles : elle vient donc des Enfers, de la poussière. C’est dans l’alphabet de Ben Sira que se trouve expliquée le destin de Lilith : elle est tirée de la même terre qu’Adam (que l’Alphabet de Ben Sira appelle Adam-Kadmon), donc se considère comme son égale. Elle refuse de se tenir au-dessous de lui quand ils font l’amour, ce qui provoque une dispute. Elle invoque alors le nom de l’Éternel, des ailes lui poussent, et elle abandonne Adam et l’Éden. Devant les plaintes d’Adam, Dieu envoie trois anges convaincre Lilith, qui refuse. Elle est donc celle qui dit non à la fois à l’homme et à Dieu.

Sa punition est d’abord de voir tous ses enfants mourir à la naissance : mais, désespérée par cette mort qui naît d’elle, elle va se suicider. Les anges lui donnent le pouvoir de tuer les enfants des hommes (jusqu’à la circoncision, au huitième jour, pour les garçons, et jusqu’au vingtième jour pour les filles). Elle rencontre ensuite le démon Samaël, l’épouse et s’installe avec lui dans la vallée de Jehanu,, où il prend le nom d’Adam-Bélial.

Pour se venger, Lilith devient le serpent qui provoque la Chute d’Ève, et incite Caïn à tuer Abel. Comme ses enfants s’entretuent, Adam refuse de coucher avec Ève, ce qui permet à Lilith d’enfanter des nuées de démons (avec le sperme d’Adam qui tombe à terre) pendant cent trente ans.

Plus tard, dans le Livnat ha Sappir, Joseph Angelino identifie Lilith à la reine de Saba, dans son rôle de tentatrice ; l’une des deux prostituées qui se disputent un enfant devant Salomon est également Lilith.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L’histoire qui va être contée n’est pas faite pour les esprits faibles. En effet, le destin de cette jeune fille n’était pas écrit, et pourtant, tout avait été décidé dès sa naissance…Cet avenir était celui d'Elwen, qui n’avait pas demandé à naître, qui devait vivre pour deux et qui est née dans un monde qui ne la comprenait pas…

La famille de la jeune fille était uniquement formés de démons renommés. Au sommet de cette famille demeurait Thorolf, un vieil homme qui était près à donner la succession à son jeune fils alors âgé de huit ans, Jannis. Il était de coutume qu’un couple de cette famille offre en guise de présent un enfant, de sexe féminin de préférence, au fils du chef de famille. Le couple qui fut choisi pour cet honneur fut celui formé par James et Nenya, qui venait tout juste de se marier. La jeune femme venait d’obtenir le plus beau des cadeaux pour une femme, et elle mis au monde une petite fille quelques mois après leur désignation pour l’honneur faite au chef. Ils n’élevèrent pas leur fille, et la vendirent au chef de famille. À la place du vide que la vente de leur fille leur laissait, Thorolf fut capable de garantir une vie des plus agréables aux deux parents, car il s’engagea à payer les moindres de leurs désirs. Ce fut ainsi que débuta l’existence d'Elwen. Elle fut placée chez une nourrice afin qu’elle puisse grandir et s’épanouir modérérement avant d’être présentée à l’héritier. Les six premières années de sa vie passèrent comme un souffle pour la jeune fille. Elle ne se rendait pas encore compte que ses parents l’avaient abandonnée contre de l’argent…

Lorsqu’elle fut enfin présentée à Jannis, Elwen se mit à pleurer à chaudes larmes, si bien que sa nourrice la gifla pour une telle impolitesse. La jeune fille sentait qu’en entrant dans la pièce, une voix en elle s’était mise à crier et des images d'horreur lui vinrent en tête. Au fond d’elle-même, elle avait toujours su qu’elle ne devrait pas être ici, que ce n’était pas sa place et qu’il fallait qu’elle s’enfuit à toutes jambes…Mais elle en fut incapable, car le jeune homme la serra dans ses bras avant de ricaner violemment. Celui-ci se moquait bien d’elle, et ce fut pourquoi il déclara qu’elle était un « magnifique jouet, le meilleur qu’on lui ait donné ». Elwen ne su pas si c’était un compliment ou bien s’il se moquait ouvertement de ce qu’elle pouvait bien ressentir à ce moment là. Depuis cet instant, tout fut différent pour Elwen. Elle passait ses journées enfermée dans une pièce sombre, en compagnie de l’héritier. Mais plus les jours, les semaines, les mois passaient, et plus la jeune fille toussait et avait du mal à respirer. Lorsqu’elle toussait en présence de Jannis, celui-ci la giflait en criant que le fait qu’elle tousse le gênait et qu’il fallait qu’elle cesse sur le champ. La jeune fille obéissait, ou bien se faisait discrète afin de ne pas le mettre en colère…Encore une fois, au fond d’elle, Elwen était persuadée qu’elle ne devait pas le contrarier sous peine de le regretter amèrement…Tout le monde dénigrait ouvertement la jeune fille, prétextant qu’elle était insignifiante sans la présence de l’héritier, et qu’il était bien bon de la garder auprès de lui. Bien vite, elle se rendit compte que quelqu’un la détestait encore plus, et cette personne n’était autre que son petit frère, né quelques mois après elle. Un jour, alors qu’elle s’était enfuie juste quelques minutes pour parcourir le jardin si fleurit du Manoir dans lequel elle était enfermée, elle fit la rencontre de son petit frère, Maël. Lorsqu’elle s’approcha, celui-ci recula violemment et se mit à crier de toutes ses forces. Il hurlait qu’il ne lui pardonnerait jamais, que tout était de sa faute…Alors qu’Elwen se risqua à demander ce qu’elle avait fait, il lui griffa la joue en s’écriant de nouveau que c’était de sa faute si tout le monde l’ignorait, et qu’il fallait qu’elle disparaisse, que c’était totalement anormal qu’elle ait existé dans ce monde en tant que réincarnation de la grande Lilith, mère de tous les démons…Un peu de sang coula de sa joue, et Maël s’enfuit à toutes jambes. Cette matinée resta toujours gravée dans sa mémoire, comme la vision de tout son être pétrifié devant de tels propos, et ses pieds profondément ancrés dans la neige…Elwen ne rentra dans le Manoir que plusieurs heures plus tard, et ce fut sa propre mère qui la gifla pour l’avoir mise dans l’embarras. Jannis l’accueillie à bras ouverts mais ce ne fut qu’un leurre…Il lui énonça, lorsqu’ils furent seuls, qu’il ne fallait pas qu’elle se méprenne, que ce monde était aussi noir qu’elle. Il fallait qu’elle comprenne que puisqu’elle n’avait plus aucun espoir d’avenir, il ne fallait pas qu’elle compte sur quelqu’un pour la sauver…

La vie d’enfer d’Elwen continua de s’écouler, mais elle empira lorsqu’elle commença son éducation. Pour qu’on ne la déteste encore plus, elle évitait les autres élèves, et ne parlait à personne pour qu’on ne la remarque pas. Mais cette envie d’être invisible ne cacha pas le pouvoir dont elle avait été dotée sans le savoir à la naissance. En effet, la jeune fille était parfois colérique, et sa colère se déclancha sans qu’elle ne puisse l’empêcher, alors que des élèves lui lançaient des pierres dans la figure. Un scandale éclata lorsqu’elle gifla l’un d’eux, ne pouvant plus contenir ce sentiment violent qui étouffait son cœur. Depuis cet instant, Elwen fut interdite de retourner dans l'établissement d'entraînement. Il la frappa toute la nuit, jusqu’à ce qu’elle cesse de crier de douleur. Elwen ne sut plus très bien ce qui se passa ensuite, puisqu’elle s’évanouit pendant au moins deux jours. Elle se réveilla enfermée dans la même pièce toujours si sombre, et se mit à pleurer violemment lorsqu’elle aperçut l’héritier à son chevet. Elle se leva rapidement et sortit aussi vite qu’elle le pu de cette horrible chambre. Elle se recroquevilla sur elle-même dans un coin de la cour, où elle pensait que personne ne pourrait la surprendre ni la trouver. Mais un chapeau tomba sur elle, la sortant ainsi de sa torpeur. Elle ne savait pas à qui il pouvait appartenir, et elle se leva afin de la rendre à son propriétaire. Rapidement, elle tomba nez à nez avec son petit frère, Maël. Elle lui demanda si le chapeau lui appartenait, et celui-ci s’enfuya à toutes jambes, en se réfugiant dans les bras de sa mère, qui regarda Elwen avec un regard méprisant avant de s’en aller. La jeune fille tomba alors à genoux en serrant l’objet de son frère contre son cœur de toutes ses forces. Il y avait à cet instant tant de choses qu’elle aurait aimé avoir…Des parents qui la serreraient dans leurs bras, une maison dans laquelle elle aimerait rentrer chaque soir, un endroit où tout le monde sourirait, et surtout…Une existence dans laquelle les gens ne s’éloigneraient pas d’elle. Tout cela, elle le souhaitait tellement ardamment qu’elle finit par tomber malade à force de regretter de ne pas l’avoir obtenu et de ne jamais pouvoir l’obtenir. Tout doucement, son corps s’affaiblissait, mais au fond d’elle Elwen avait l’impression que c’était son cœur qui n’en pouvait plus et qui étouffait littéralement. Pendant tout le temps où elle était restée au lit, faible mais consciente, Jannis avait été à ses côtés, lui rappelant sans cesse l’insignifiance de son existence. Mais ce qui la détruisit encore plus, ce fut lorsqu’il lui énonça qu’elle était vraiment détestée de tous. C’était peut-être la vérité, mais ce n’était en aucun cas les mots qu’elle avait besoin d’entendre à cet instant…


Dernière édition par le Mar 3 Juil - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwen Dawn
Esclave de Kaido
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Elwen Dawn   Mar 3 Juil - 15:22

[Attention suite de l'histoire d'Elwen]

Un jour où le soleil se levait mais qu’il faisait encore très sombre, Elwen eut envie de rendre le chapeau que son petit avait perdu. Elle savait très bien qui le refuserait, mais elle une telle envie d’essayer de le lui rendre que ce désir dépassait alors sa raison. Elle ne se rendait pas compte qu’il souffrait par sa faute auparavent, elle ne connaissait rien de lui, alors elle se demanda si le fait qu’elle disparaisse ne pouvait pas atténuer ses souffrances pour les faire s’envoler…Comme elle était détestée de tous, elle ne voyait aucune raison d’exister, mais elle éprouvait le désir d’être utile à quelqu’un au moins une fois, juste une…Quelque chose dans son cœur s’était brisé puis envolé d’un seul coup. Elle ne pensait à rien, elle avait simplement envie de sortir de bouger…Elle se mit à courir aussi vite qu’elle le pu et sortir complètement du Manoir, pour l’une des premières fois de sa vie. Elle ne savait pas très bien si elle voulait se blesser ainsi ou bien se donner du courage. Elle n’avait alors pas vraiment abandonné l’idée mais comme dans cette ville éclairée mais milles lumières il n’y avait presque personne, elle courait, elle courait même si elle avait du mal à respirer et qu’elle était épuisée. Elle avait alors mis le chapeau de son petit frère, pensant qu’il l’accepterait peut-être si elle disparaissait. A cette idée, Elwen se mit à courir encore plus vite, même si elle était déjà essoufflée. Dans sa course, elle trébucha contre une pierre et s’étala de tout son long sur le sol. En se relevant, elle posa doucement son regard sur un petit garçon qui s’était recroquevillé sur lui-même, pétrifié de peur. La jeune fille s’approcha de lui et posa machinalement sa main sur son épaule. A ce contact, elle eut très envie de le serrer contre elle, pour le rassurer et lui apporter un peu de chaleur, lui qui semblait avoir si froid et si peur…C’est ce qu’elle fit, puisqu’elle le serra dans ses bras un bon moment, pour atténuer ses pleurs. Elle finit par lui murmurer que tout irait bien maintenant, qu’elle allait veiller sur lui et qu’elle ne le laisserait pas seul. Elle se releva, fit quelques pas en courant et se rendit compte qu’il la suivait. Pour ne plus se perdre, il s’accrochait à elle, à cet espoir, et Aralyn sentit pour la première fois de sa vie qu’elle était utile à quelqu’un, que quelqu’un avait enfin besoin d’elle…Alors, à chaque fois qu’il trébuchait ou s’arrêtait, épuisé, elle l’attendait et ne le perdait pas de vue pour qu’il ne se perde pas à nouveau. Ce fut ainsi qu’elle pu le ramener chez lui, où son frère jumeau et leur père l’attendait, impatients. Ambre leur sourit chaleureusement, et enleva le chapeau de sa tête pour la mettre sur celle du jeune garçon. Puis elle décrocha son pendentif où était inscrit « Elwen » et lui déposa dans la main. Elle lui murmura ensuite avant de le serrer une dernière fois contre elle : « tu as fait beaucoup d’efforts, je suis fière de toi ». La jeune fille s’enfuit à ces mots, avant de se cacher une rue plus loin. Elle y éclata en sanglots, rassurée d’avoir pu être utile pour une personne pour la première fois de sa vie. Elle observa le petit garçon retrouver sa famille et elle sentit alors que son cœur se remplissait d’une douce chaleur réconfortante. Le garçon se mit à crier « merci », ainsi que son prénom, William. Les larmes de la jeune fille reprirent, et Elwen se promit de ne jamais oublier ce prénom. Elle disparut à ce moment là de la rue, et rentra au Manoir, n’ayant nulle part où aller. Ce fut sa nourrice qui l’accueillit, et elle la gifla si fort pour son inconscience et son insolence qu’elle tomba à la renverse sous le choc. Elle était visiblement très en colère, mais cela n’empêcha pas la jeune fille de la supplier de l’emmener ailleurs, très loin d’ici. Elle lui expliqua qu’elle ne voulait plus être considérée comme une chose et qu’elle ne voulait plus qu’on la déteste sans raison. Tout ce qu’elle voulait, c’était qu’on la considère comme un être humain à part entière…Prise de pitié, la nourrice la prit avec elle et l’emmena dans une école spécialisée pour tous les enfants qui étaient issus de familles riches, tout comme l’était Elwen et qu'ainsi, elle pourrait terminer son éducation.
Au début, elle n’avait pas compris que la nourrice l’avait piégée et n’avait jamais eu l’intention de la sortir de son calvaire. En effet, l’école dans laquelle elle fut admise appartenait à sa famille, la famille de Merwin. Jannis, l’héritier, avait donc un œil sur elle aussi souvent qu’il le voulait, sans qu’elle le sache, et faisait en sorte qu’elle soit haïe tout de même par tous les élèves dans cette école. Pour cela, il répandait des rumeurs infondées, que tout le monde finissait par croire… Elle ne passa que deux mois dans cette petite école, où elle apprennait à contrôler sa peur du monde du mieux qu'elle pouvait. Mais lors d'une agitée, elle commença à avoir des souvenirs douloureux du début de sa vie dans son sommeil. Toute la bâtissese mit à brûler, et le vacarme la réveilla en sursaut. Aralyn courut vers la porte de sa chambre, mais elle était si brûlante qu'elle ne fut pas capable de l'ouvrir. Une nourrice tenta d'ouvrir la porte de l'autre côté, et la jeune fille recula violemment, se rendant compte que c'était la faute de son inconscience, que c'était elle qui avait provoqué une telle catastrophe...Elle laissa plusieurs larmes couler sur ses joues, sentant la culpabilité s'insinuer dans tout son corps, comme une brise glacée...Elle se rendait bien compte que tout le monde avait raison de la détester et qu’il fallait véritablement qu’elle parte de ce monde, qu’elle disparaisse pour de bon…Ce fut alors qu'une planche de bois fine, enflammée, tomba sur elle, et ce fut soudainement le noir qui s'empara d'elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwen Dawn
Esclave de Kaido
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Elwen Dawn   Mar 3 Juil - 15:28

[ Attention, suite et fin de l'histoire d'Elwen ]

Elwen ne se réveilla que plusieurs jours plus tard, en sueur par ses images horribles et cette voix qu'elle entendait lors de son sommeil, et elle était revenue dans la même pièce sombre dans laquelle Jannis l’avait si souvent enfermée afin qu’elle se calme par elle-même. Il eut alors le même sourire narquois, celui qu’il avait toujours afin de la rabaisser toujours plus ardamment. Elle n’eut qu’un visage impassible, et cela ne lui plu pas du tout. Il la gifla pour son insolence, et lui énonça qu’elle avait eu tort de croire qu’elle pouvait échapper à son contrôle. Jannis connaissait chaque points faibles de la jeune fille et il la menaça en disant qu’il n’hésiterait jamais à se servir de cela pour lui faire du mal si elle n’était pas sage et obéissante à l’avenir. Dans le fond de son âme, la jeune fille avait peur, si peur que tout son corps se mit à trembler sans qu’elle ne puisse rien contrôler. Qu’avait-elle fait pour mériter un tel traitement ? Quelles avaient été ses erreurs ? Elwen ne comprenait rien, et ce fait affaiblissait son cœur toujours un peu plus. Elle ne sortit de son lit qu’une semaine après, même si elle était encore très faible. C’était l’héritier qui l’avait contrainte à sortir du lit, car il ne supportait pas qu’elle soit allongée et faiblarde. Selon lui, son jouet devait être en forme, et ne pas s’écouter. Des larmes coulèrent le long de sa joue, et Jannis partit en claquant la porte. Elle ne comprit que trop tard ce qu’il était allé faire en sortant si précipitamment.
Il était allé se plaindre à son père, afin qu’il règle la question de sa faiblesse…Thorolf avait toujours obéit aveuglément aux moindres désirs de son fils, et il allait une nouvelle fois obtempérer en rendant Elwen plus docile qu’elle ne le serait jamais. Pour cela, il entra dans la pièce noire et tira la jeune fille par les cheveux, jusqu’à une cave qu’il était le seul à connaître. Il l’attacha à des chaînes, le regard impassible, et totalement sourd à ses plaintes et à ses cris. Elle le suppliait de ne pas lui faire du mal, mais il n’entendit rien, ou du moins, il feint de ne pas entendre. Il commença à chauffer un poignard à blanc et lui énonça qu’elle avait eu tort d’être trop souvent désobéissante avec son fils. La jeune fille ne comprenait pas pourquoi on la traitait avec tant de mépris alors qu’elle n’avait jamais rien fait pour blesser l’héritier ou bien le chef de famille. Thorolf se mit à crier que toute sa famille l’avait abandonnée et qu’il ne fallait plus qu’elle compte sur un miracle pour la sauver. Elle avait été vendue, et il fallait qu’elle soit docile…Mais Elwen ne l’entendait plus ainsi, elle ne voulait plus être insignifiante, elle voulait simplement vivre…Durant toute la nuit, la chef de famille grava à l’aide de son poignard chauffé à blanc le symbole de leur famille, un grand dragon. Il avait pris soin de lui mettre un morceau de bois entre les dents afin que ses cris ne soient entendus par personne…Une fois qu’il eut fini, il la laissa avec le dos en sang, complètement affaiblie, aux portes de la mort. Les seules paroles qu’elle pu distinguer lorsqu’il quitta la cave sombre fut « je t’avais prévenue qu’il ne faut pas défier mon fils…Ni moi d’ailleurs ». Elwen ferma complètement les yeux, et ce fut alors le noir complet. Elle se réveilla à peine quelques heures plus tard, plus faible que jamais, toujours attachée. Elle sentait qu’il fallait qu’elle en profite pour s’enfuir…Dans un ultime effort, elle parvint non sans mal à détacher ses chaînes et remit sa chemise en place. Elle sortit de la cave et se fit aussi discrète que possible afin de fuir ce Manoir qui ne lui avait causé que des souffrances. On pouvait voir de longues gouttes de sang qui s’écoulaient de son dos, la douleur était insupportable et lui sciait tous ses membres, mais elle continuait à avancer, désirant plus que tout connaître enfin la paix…

Après avoir marché de nombreuses heures, elle se retrouva devant la maison du jeune homme qu’elle avait sauvé par le passé. Elle tendit la main pour sonner et ainsi demander de l’aide en espérant qu’ils ne la rejeteraient pas comme tous les autres avant eux, mais fut trop affaiblie et s’étala de tout son long sur le sol, inconsciente. William, qui avait alors bien grandit depuis la fois où elle l’avait aidée, entendit des bruits et ne tarda pas à la découvrir, gisant sur le sol. Il n’eut aucun mal à la porter tellement elle était maigre et légère, et il la porta à son père, plus inquiet que jamais. Celui-ci reconnut en elle la petite fille qui avait sauvé son fils et il la conduisit dans une clinique dont il avait la responsabilité depuis longtemps. Elwen fut soignée et choyée comme elle ne l’avait jamais été auparavant. Le père de William s’appellait Alan Wildsmith et était lui-même fils d’un important sorcier morphique. Il n’avait pas prit la jeune fille en pitié, il avait voulu l’aider pour tout le bonheur qu’elle lui avait apporté, du haut de ses sept ans…La jeune fille ne s’éveilla que bien des jours plus tard, et elle était complètement épuisée. Elle était entourée par William, son jumeau, Marcus, et leur père. Tous s’étaient inquiétés pour elle, et, pour la première fois de sa vie, en voyant des sourires si sincères, Elwen sourit à son tour, les larmes coulant sur ses joues. « Il a fallut que je soit battue à mort pour que je comprenne que je ne suis qu’une idiote… »Elle savait qu’elle n’avait pas eu tort de demander de l’aide auprès de cette famille…William et Marcus la serrèrent alors dans leurs bras chaleureux, lui jurant sur leurs vies qu’ils veilleraient toujours sur elle, quoi qu’il advienne…

Une fois qu’elle fut sortie de l’hôpital, elle fut reccueillie par les Wildsmith où elle fut hébergée et acceptée telle qu’elle était. Mais bien vite, Alan lui demanda qui lui avait fait une telle blessure, et pour quelles raisons. Il ne fut pas aisé pour la jeune fille de raconter son histoire, mais elle le fit tout de même, en signe de reconnaissance. Pris d’affection pour elle et son histoire si triste, Alan demanda à une de ses amies d’enfance, qui avait toujours rêvé d’avoir une fille, de l’adopter. Celle-ci, bien que condamnée par la maladie, accepta de la rencontrer. Elwen n’était pas très à l’aise ce jour là et se fit aussi discrète qu’elle le pu. Aisis, touchée par tant de tristesse lue dans le regard de la jeune fille, accepta également de l’adopter et de l’avoir pour fille. Elwen savait que cette femme n’avait pas fait preuve de pitié, et ce fut pourquoi elle accepta à son tour de devenir sa fille…C’est ainsi qu’elle devint Elwen Dawn. A la mort de sa mère adoptive, plusieurs années plus tard, la jeune fille pris sa vie en main et continua à habiter dans la maison qu’on lui avait léguée et pu mener une vie à peu près paisible…C’était sans compter sur la rancune tenace de Jannis, qui n’avait pas abandonné l’idée de retrouver son ancien jouet coûte que coûte. Il avait mis sur le coup bien des personnes afin de la retrouver, mais aucun ne lui donna un résultat satisfaisant. Alerté des recherches de l’héritier concernant Elwen, Alan conseilla à la jeune fille de changer d’identité afin de ne pas être retrouvée…Celle-ci refusa, n’ayant pas vraiment conscience du danger qu’elle encourait. Une après-midi alors qu’elle se promenait en compagnie de William et de Marcus, Jannis les aperçut et menaça la vie de la jeune fille. Ce fut Marcus qui le maîtrisa sans aucune difficulté, mais cela n’empêcha pas l’héritier de jurer la mort de celle qui considérait comme toujours aussi insignifiante. Maël avait eu vent de ce qui s’était passé dans la cave entre le chef de famille, Thorolf, et sa sœur aînée. Il l’avait toujours haïe sans comprendre les nombreuses souffrances dont elle avait été la victime sans raison apparente. Il appris aussi de la bouche de la nourrice qui avait élevée sa sœur qu’elle avait été vendue à sa naissance par ses propres parents. Choqué, terriblement en colère, le jeune homme entreprit de tout faire pour la retrouver. . .

Terrifiée, voilà ce qu'elle était. Elle était terrifiée à l'idée que son jeune frère la retrouve, honteuse d'elle-même. Terrifiée que Jannis ose faire du mal à ceux qu'elle chérissait. C'est pour ces raisons qu'Elwen décida de partir. Par une nuit calme, elle expliqua le tout à Alan qui l'aida dans sa fuite. Mais les choses ne se déroulent pas comme elle l'aurait espèrée.

En effet, la jeune femme ne fit pas long feu et finit par demander clémence dans la rue. Elle fut donc recueillit comme esclave et fut revendue à une riche famille et serait, à ce qu'on lui a dit, servante d'un certain Kaido. Lorsqu'elle le vit, sa réaction fut entièrement différente que celle avec Jannis. La beauté du jeune homme la transfixiait et elle ne pouvait qu'obéir à ses ordres, sous ses charmes. On lui expliqua ses origines, son but et la raison de ses rêves étranges et finalement, Elwen comprit qui elle était vraiment.

Elwen Lilith Dawn, le pantin.

Et pourtant, elle ne pouvait qu'être réjouit puisqu'elle appartenait au même monde que Kaido, l'objet de son affection secrète.

Forever Yours. . .

Pour nous :

Aimez- vous le design ? Je ne l'aime pas, je l'adore. =P

Comment avez-vous connue le forum ? Par la pub chez Olphéra. ^__^
* Merci à Wikipédia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaido Straüs
Fils adoptif d'Elric/ l'enfant jaloux
avatar

Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: Elwen Dawn   Mer 4 Juil - 3:34

Hum, que dire...

Fiche splendide, et bien entendu validée

Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elwen Dawn
Esclave de Kaido
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Elwen Dawn   Mer 4 Juil - 7:28

Merci beaucoup. ^^

Et désolée pour la longueur. x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elwen Dawn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elwen Dawn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livres de la Golden Dawn
» La sonde américaine Dawn s'approche de l'astéroîde Vesta
» La Golden Dawn
» La NASA teste les moteurs ioniques de la sonde Dawn
» Golden dawn/ordre hermétique de l'aube dorée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réincarnation :: Administration :: Fiches des réincarnés-
Sauter vers: